Principes des miracles

Ce premier chapitre est d’une grande densité et se présente comme un résumé de l’ensemble du cours. Chacune des 50 sentences pourrait donner lieu à bien des réflexions ! On peut dire que le cours annonce ainsi la couleur et le style. Il est sans concession sur les principes, sans complaisance envers sa direction.

miracles

Il y a des sentences qui me parlent immédiatement comme la première : « Il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles ». Je ne m’étais jamais posé la question de la difficulté des miracles. En tant qu’humain soumis à diverses contraintes je fais l’expérience quotidienne d’un ordre de difficulté dans les réalisations allant de facile à impossible en passant par tous les stades. Mais un miracle est tout simplement un miracle, ni facile, ni difficile. Je trouve cela logique et cohérent. S’il y avait des miracles délicats cela voudrait dire que les faiseurs de miracles ne sont pas égaux et que la différence se perpétue éternellement.

Une autre que j’aime bien est « Les miracles sont naturels. C’est lorsqu’ils ne se produisent pas que quelque chose ne va pas ». Un peu comme la santé qui est un état naturel dont l’absence est la marque d’un dysfonctionnement. Étant donné la rareté des miracles dans notre monde on peut en conclure facilement que quelque chose ne va décidément pas et que c’est assez généralisé. Peut-être pouvons-nous ensemble changer cet état perturbé de l’Humanité.

Je suis resté un moment suspendu à « Chaque jour devrait être consacré aux miracles ». En me demandant évidemment combien de temps je consacre chaque jour à faire des miracles. Je ne vous donne pas la réponse parce que vous avez sans doute une durée assez proche de la mienne. Notre vie quotidienne est toujours bien remplie de choses évidemment très importantes qui ne souffrent aucun retard et… quelle place pour les miracles ? Et puis en sommes-nous seulement capables ? Pourquoi consacrer du temps pour juste constater notre incapacité ? On constate que les freins sont bien ancrés en nous…

Je me suis aussi arrêté sur « Les miracles te permettent de guérir les malades et de ressusciter les morts parce que tu as toi-même fait la maladie et la mort et tu peux donc les abolir toutes les deux ». Le cours insiste sur le fait que nous avons créé ce monde et que nous pouvons donc le modifier à notre guise. Je pense que c’est une des clés de ce cours d’admettre notre implication dans la création de ce monde. La question que je me pose toujours est que nous sommes nombreux à l’avoir créé et qu’en est-il de la volonté d’un seul par rapport à tous les autres ? Si je décide de changer des aspects de cette réalité qui nous est donnée à percevoir ne vais-je pas me heurter à la force conjuguée de tous ceux qui veulent perpétuer les lois qui y président ?

light

« Le miracle reconnaît chacun comme ton frère et le mien ». Un des principaux enseignements que j’ai trouvé dans le cours est notre interdépendance. J’avoue que j’ai passé des années à jouir de la joie issue d’une révélation sans me soucier de vraiment la partager si ce n’est à l’occasion de discussions ou de certaines expériences. J’ai pris récemment conscience que je dois tendre la main vers mes frères et que c’est tous ensemble que nous allons pouvoir retourner chez nous.

J’ai bien aimé : « Le miracle est un mécanisme d’apprentissage qui amoindrit le besoin de temps ». La notion de temps se retrouve bien souvent dans le cours et il me semble important de bien comprendre les notions développées. Le « besoin de temps » n’est pas forcément facile à comprendre, mais il est encore plus délicat d’imaginer une absence de temps ! Le miracle vu comme une façon de diminuer notre besoin de temps est assez séduisant. Mais ça nous oblige à nous interroger sur ce besoin… Par moment le cours nous dit que le temps à commencé à partir de notre erreur originelle et ensuite il présente le temps comme le moyen que l’on peut utiliser pour corriger cette erreur par l’apprentissage de la sortie.

Il y aurait encore bien des choses à dire sur ce chapitre d’une densité peu commune. J’attends de partager avec vous…

Laisser un commentaire