INTRODUCTION

L’enseignement est un thème que j’aime parce que j’ai passé une grande partie de ma vie à enseigner. J’ai donc lu avec un grand intérêt cette introduction du « Manuel pour enseignants ». D’autant que dans le contexte du cours cette aspect revêt une dimension particulière. Le cours affirme que :

Enseigner, c’est apprendre

Dans la vision classique de l’enseignement il y a celui qui sait et celui qui ne sait pas et la connaissance s’écoule à sens unique du premier vers le second. On peut se demander ce que retire de ce processus l’enseignant. A priori il n’apprend pas grand chose si ce n’est la nature des difficultés ou facilités de son ou ses élèves. Il peut aussi en retirer une valorisation de lui-même de par cette position d’autorité.

speakers

C’est tout autre chose que propose le cours, c’est même l’inverse. Mais avant d’envisager cette proposition radicale j’aimerais partager mon expérience de l’enseignement parce que c’est une démarche qui m’est consubstantielle. Chaque fois que j’ai quelque chose à apprendre je me mets spontanément dans la peau de l’enseignant. Ça peut paraître étrange ou même stupide étant donné que je n’y connais rien et je suis apparemment très mal placé pour le faire. Mais quand je dis que je me mets dans la peau de l’enseignant je ne dis pas que je vais enseigner véritablement à quelqu’un. Mais j’imagine des élèves ou auditeurs virtuels avec lesquels j’ai envie de partager quelque chose. Et là se passe quelque chose de magique, un peu comme si la connaissance m’était spontanément livrée parce que j’ai cette envie tenace de la partager.

Le cours nous propose d’aller plus loin que ça. Je pense qu’on peut le résumer par :

Enseigner, c’est démontrer

Le cours nous dit que de toute façon on enseigne toujours quelque chose de part qui on est. Soit on est de ce monde et on est séparé, on enseigne alors aux autres cette distance, cet isolement. Soit on a la ferme intention de se retrouver et alors on enseigne cette intention, cette direction. Le fait d’être dans un corps est la preuve flagrante que nous ne sommes pas parfaits alors comment pourrions-nous enseigner la perfection ? C’est pourtant d’après le cours la seule solution de le démontrer encore et encore jusqu’à ce que nous ayons vraiment appris. C’est notre mission…

Si nous n’avions pas cette perfection déjà en nous il nous serait impossible d’ainsi la montrer, même de façon fugitive. Il m’arrive de l’oublier, de me dissoudre un peu dans le monde dans ce que je pourrais nommer une jouissance fractale, un éparpillement de l’être comme un défi à la globalité. Mais le fait magique c’est qu’il suffit que l’autre soit là, avec sa présence et sa demande pour que tout se rassemble en moi, pour qu’à nouveau la lumière inonde mon être, pour que je sois rappelé à ma mission.

Tu ne peux pas donner à quelqu’un d’autre mais seulement à toi-même, et tu apprends cela en enseignant

Je remercie tous ceux et celles qui m’ont donné l’opportunité de devenir un peu plus moi-même et je vous invite a devenir vous aussi des enseignants de Dieu.

seagull

Laisser un commentaire